Souvenirs, souvenirs

Saviez vous que le grand père  de notre secrétaire Marie José Guigou, Monsieur AZEMA  a été chef cuisinier chez « FONZES » dans les années 50 à Saint-Guilhem- le- Désert.

Le restaurant était  connu et réputé pour ses écrevisses et ses truites :  aujourd’hui, hélas,  la pisciculture est fermée, et les écrevisses ne sont au menu que sur commande.

ST Guilhem - la terrasse chez Fonzes

Et  le foie gras (délicieux au demeurant) a remplacé le fabuleux pâté de grives truffés qui attirait les connaisseurs qui en gardent toujours la nostalgie.

 

fonzes-01

 

 

Sur la photo, parmi  le personnel du restaurant, on repère M. AZEMA le 3ème en partant de la gauche.

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La sortie de l’été

Bien instructive cette visite  de Saint-Guilhem-le-Désert  un des  « plus beaux villages de France »  sur le chemin de St Jacques de Compostelle, par un  guide conférencier aussi intéressant que plein d’humour qui a su émailler son discours d’anecdotes plaisantes.

IMG_7987_stitch

Il  a remis le village au cœur de sa géographie: aux confins du Massif Central, dans la vallée de l’Hérault arrosée par le Vertus, sur un terrain  épuisé par les troupeaux,  d’où son nom de désert, et le vallon de Gellone.
Et au cœur de l’Histoire: en 804, propice aux souhaits  du comte de Toulouse et duc d’Aquitaine Guillaume,  le lieu idéal loin du monde entre le Pont du Diable et les ruines du château du géant pour fonder une abbaye qui deviendra abbaye de Saint Guilhem après sa canonisation en 1066.

M.Oc. St-G. 1L’intérieur de la sobre église abbatiale  propose une acoustique favorable aux concerts des Rencontres Musicales.
L’orgue de Jean Pierre Cavaillé serait le mieux conservé des orgues françaises. S’y exposent aussi une des reliques du Saint et surtout un morceau  de la Vraie Croix, ce qui accroit la dévotion et les pèlerinages.
On regrette évidemment que les pierres du cloître authentique se retrouvent aux Cloisters de New York.
C’est surtout l’extérieur , véritable joyau de l’art roman languedocien, classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO qui est remarquable.
Mais tout dans le village est charmant : la place centrale, le platane de 1855, la statue de Marianne pivotante, les traces des crues, les ruelles pittoresques, les arcades, la cascade, les superbes façades romanes rénovées, les artisans locaux…

Le repas au restaurant Fontès fut délicieux et détendu.

M.Oc. St-G. repas 2

M.Oc. St-G. repas 3

M.Oc. St-G. repas 1

 

 

 

 

Bien que moins nombreuse, la petite troupe de Mémoire d’Oc s’est retrouvée à St Jean de Fos,  village voisin, pour une passionnante découverte du monde des potiers (11 ateliers et galeries). Le village est né à la même époque aux environs de 804,  s’est développé autour de l’église grâce à la construction du Pont du Diable, et devient une étape entre Saint Guilhem et Aniane.M.Oc. St.J. P3

L’art de la céramique  a fait la renommée du village dès les XIVème siècle. Par le commerce des pots, vases, amphores, plats..des cloches aussi. Des objets de la vie courante, utilitaires, comme ceux pour réserver les aliments, ou leur transport.

M.Oc St-J. 2La poterie vernissée  peut encore s’ admirer comme descentes de gouttières ou faitages de toits. Chaque année le Marché des Potiers réunis 50 exposants pour le plus grand rassemblement autour de la céramique du département.

Une dernière rencontre avant l’été. Pour se souhaiter de bonnes vacances. Et se retrouver à la rentrée en pleine forme. Bel été à tous.

Pour plus de photos aller au menu « Sorties »

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Rappel – Sortie d’été à Saint-Guilhem

Jeudi 20 juin le rendez-vous des voitures se fera à l’entrée de St Guilhem, au bord de la route, à 9 h 30. Ensuite, les voitures redescendront pour se garer au parking du Pont du Diable. Une seule voiture remontera les chauffeurs jusqu’au parking de St Guilhem d’où un seul paiement : 9 euros la journée.

Si vous avez besoin de précisions, prenez contact avec Gérard Vidal
organisateur de la sortie.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le FAV – Festival des Architectures Vives

D’aucuns s’indignent de la promiscuité du contemporain et du passé. D’autres craignent la défiguration des monuments, ou pire parlent d’irrespect de l’Histoire. Nous, nous y voyons l’opportunité de revisiter les sublimes cours des hôtels particuliers … sans attendre la journée du patrimoine.

2019-FAV-pavillon

Et puis, laissons nous séduire par de nouveaux talents de ces jeunes architectes qui nous offrent leur définition de la Beauté – le thème de cette année. Beauté qu’ils ont choisi éphémère – papillon, libellule…, ou intemporelle- sable qui s’écoule, jardin d’eau, lignes illusoires…, ou fugitive – sel qui fond, silhouettes en mouvement… Même les petits CM2 de quatre écoles se sont exprimés dans la cour du rectorat. Mais aussi, la revalorisation des déchets hospitaliers ou la dénonciation de la pollution plastique, ou accident pétrolier….

hotel-sarret-dit-coquille

Avouons que ce n’est qu’un prétexte. Amoureux de notre patrimoine de Montpellier et de ses petites rues, nous avons profité de l’occasion pour revoir  les façades,  admirer les cours intérieures, réécouter l’Histoire de France (et les histoires) des hôtels habituellement barricadés derrière leurs grandes portes ouvragées, deviner les escaliers majestueux, les puits dissimulés, les colonnes, les dalles du sol…..

2019-FAV-Kuma-Elsa_cour_d_eau_et_de_fleurs

 

L’hôtel Saint Côme, d’Hortoles, des Trésoriers de la Bourse, de Lunas, d’Aurès, du Palais des Guilhem, de Rozel, Hôtel Audessan, de Mirman, de Baudon de Mauny, de Griffy, de la Petite Loge… Comment s’en passer ? A voir pour se faire un immense plaisir.

 

 

                       Voir le site du F.A.V. ici

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tout sur Notre Dame

notre dame de paris

Les derniers événements ont permis de se remettre en mémoire la belle aventure de Notre Dame de Paris.

notre dame de Paris-1

 

 

 

 

Pour parfaire nos connaissances voir le site Francearchives.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

DAX, père et fils

plaquette 210-bis

 

Le siège de la faculté du langage se situe dans l’hémisphère gauche. Tout le monde le sait.
Et pourtant.

Tous ignorent que cette découverte révolutionnaire est due à un obscur médecin de province, complètement ignoré par ses confrères parisiens et académiciens.
Même reconnu tardivement, grâce surtout à l’initiative de son fils, Marc Dax reste encore  indignement sous estimé.

Né en 1770 à Tarascon sur Ariège, dans une famille aisée, il suit de brillantes études au collège royal des Jésuites de Toulouse, puis est incorporé dans l’armée où il est affecté au service de la santé, puis s’inscrit en Médecine à Montpellier,  s’installe dans l’insalubre Aigues-Mortes pendant 3 ans où il soigne des indigents. Il termine sa thèse sur la topographie médicale d’Aigues-Mortes en insistant sur les marécages, les matières organiques putrides et la proximité des cimetières qui empoisonnent l’air et la population. Il y dénonce tour à tour,  la mortalité infantile, la petite espérance de vie,  les traitements inappropriés des fièvres, les ravages des moustiques, ou l’ensablement du port… Puis il s’installe à Sommières en 1800, s’y marie,  est nommé médecin des hospices. Il envoie plusieurs mémoires à l’Institut de Santé sur ses observations fines et éclectiques en matière  d’ erreurs sur l’odorat, la paralysie faciale,  l’eau de la source Perrier,  la vaccination contre la variole ou le claveau des brebis, sur une roche lacustre.

S1960007

Mais c’est l’étude du cerveau qui va le passionner: dans un contexte religieux tyrannique, le cerveau étant le siège de l’âme, il était subversif de penser à l’analyser.  Alors suggérer que les deux hémisphères ne soient pas identiques relevait de l’hérésie.

Cependant, la rencontre d’un capitaine de l’armée blessé à la tête qui présente une altération des mots mais pas des choses sera le premier de quelques quarante cas intéressants qu’il va étudier et le conforter dans l’hypothèse  du centre du langage dans l’hémisphère gauche du cerveau. Il mourra en 1837 sans avoir pu faire connaitre sa découverte. Mais son fils Gustave va tenter de le sortir de l’oubli.

S1960005-bis

Le docteur Max Saussine nous a présenté un récit dense, très documenté, un peu difficile d’accès, quelques termes abscons ( la décussation,   l’élocution fluente, la paraphasie, l ‘insula, l’aphémie, la paralysie faciale a frigore…) mais un sujet passionnant sur lequel les chercheurs ne se lassent pas de se pencher,  malgré les techniques de pointe d’imagerie, de microscopie ou de biochimie.

On en mesure d’autant les difficultés des DAX père et fils.

S1960001_stitch-bis

 

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Agenda

Mercredi 22 mai à la salle Pétrarque

à 9h  :Généalogie avec Monsieur Maurice REY
sujet traité : utilisation de Filae

à 10h30 : réunion de Mémoire d’Oc.
Entre autres, nous affinerons le projet de la sortie d’été à Saint Guilhem du Désert.

 

à 16h : conférence de Monsieur Max SAUSSINE
Marc et Gustave Dax, médecins de Sommières.
Histoire de la découverte de la localisation cérébrale du centre du langage.
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire